format pdf imprimable

ILLUSIONS ET RÉALITÉ



Fuite ou présence

Les êtres humains ont tendance à fuir la réalité
sans vraiment s'en rendre compte.
Chacun, chaque personne a ses propres stratégies de fuite
stratégies largement inconscientes
qui relèvent de trois catégories :
Il y a les stratégies d'agitation
bien visibles chez ceux qui ne peuvent rester sans rien faire
mais elles existent aussi sous des formes moins évidentes
comme de rechercher des émotions
chercher à s'occuper
ou ne pas pouvoir s'arrêter de penser
l'agitation dresse un écran devant la réalité.
Il y a les stratégies du flou, du vague, de l'imprécis, du confus, du brumeux
qui voilent les contours de la réalité.
Si le flou naturel ne suffit pas
alcool, drogues ou certains médicaments peuvent le renforcer
en estompant davantage la réalité.
Il y a les stratégies d'illusion
rêveries, imaginations, utopies, a priori, préjugés
croyances religieuses, croyances matérialistes et autres
elles faussent la perception de la réalité en la biaisant dès le départ.
Ces différentes stratégies se combinent entre elles à l'infini
variables selon les personnes
changeant d'un moment à l'autre chez un même individu
mais leur but reste toujours le même : ne pas voir la réalité telle qu'elle est.
Si on prend conscience de cet état de fait
et qu'on veut en sortir
on doit être attentif à l'instant présent
(ce qui ne veut pas dire jouir de la vie)
et prendre conscience des défauts qui affaiblissent la lucidité.
On verra que, pour être vraiment dans l'instant présent
il faut ne pas bouger, ne pas parler, ne pas penser.
La lucidité dont on fait alors l'expérience comporte de nombreux degrés
des plus grossiers aux plus subtils
caractérisés par une qualité de conscience de plus en plus aiguë.


Qui ?

Les êtres humains ne sont pas des touts cohérents
mais des juxtapositions d'éléments disparates.
Ils sont foncièrement irrationnels
mais habillent souvent leurs choix de bonnes raisons
qui occultent leurs tendances profondes dont ils ne sont pas conscients
et qu'ils préfèrent ne pas connaître.
Chaque humain est le résultat de ses vécus passés
qui influencent son ressenti présent et ses réactions
et le vécu de l'instant présent contribue à forger l'avenir.

Envie

Les humains ont envie d'exister
envie d'exister plus
envie de vivre mieux
envie de prolonger l'existence
et bien peu ont envie d'examiner la nature de la vie.
Pourtant, si on voit ce qu'est vraiment la vie
les envies s'atténuent fortement

Croire

Beaucoup d'humains croient ce qu'ils ont envie de croire.
Ils ne croient pas une chose parce qu'elle est vraie
et ne refusent pas d'en croire une autre parce qu'elle est fausse
non, ils croient la première parce qu'ils ont envie d'y croire
et ne croient pas l'autre parce qu'ils ont envie de ne pas y croire
sans vraiment examiner ce qui est vrai ou faux.

Croyances

On peut lire ou entendre dire que la golondrine est blanche et noire.
Si on n'en a jamais vu, on peut le croire, ou non
mais si on en voit une, on n'a plus besoin de croire quoi que ce soit
on sait par soi-même ce qu'il en est vraiment.
On ne peut pas faire confiance aux croyances
seule l'expérience directe permet de bien connaître.

Instants de vie

Regarder la vie telle qu'on peut l'observer directement :
une succession d'instants.
On y voit des instants agréables, des instants désagréables et des instants neutres
qui se suivent perpétuellement.
Chaque instant est composite, formé d'éléments variés
dont certains sont physiques, et d'autres non.
Il y a des instants créateurs
ce sont des activités mentales, verbales et physiques
qui amènent de nouvelles situations
et des instants résultants, qui sont la conséquence des précédents.
Pourquoi les instants se succèdent-ils constamment ?
Qu'est-ce qui fait qu'un instant commence quand un autre cesse ?
Si on réussit à reconnaître les causes de ce processus
et à les éliminer
la succession des instants s'arrête
et il ne reste qu'éternité.

Éternité

Ce qui est éternel n'est pas créateur ni créé
ce qui est créateur ou créé n'est pas éternel.

Monde :

ce qui est vu, entendu, senti, connu.
Le monde de l'un n'est pas celui de l'autre
ce que voit l'un, l'autre n'en a jamais tout à fait la même expérience
l'un ne ressent jamais totalement ce que l'autre connaît.

Objectivité

La réalité est essentiellement subjective.
Dès qu'on cherche à l'objectiver on s'en éloigne.
Pourtant, objectiver est utile pour communiquer avec les autres.

Solitude

Chacun est fondamentalement seul
même quand il se trouve au milieu d'une grande foule
ou au sein d'une famille nombreuse.
Chaque personne a des perceptions qui lui sont propres
les autres n'ont jamais tout à fait les mêmes.
Si l'un souffre physiquement ou moralement
les autres ne ressentent pas exactement les mêmes souffrances.

Causes

Rien ne se produit sans cause
rien n'est produit par une cause unique
tout résulte de causes multiples.
Aveuglement ou ignorance peuvent empêcher de voir la moindre cause
on peut croire qu'il n'y en a pas.
Une lucidité insuffisante peut ne permettre de reconnaître qu'une seule cause
par exemple la cause déclenchante
et on croit à une cause unique.
Mais plus les perceptions sont fines, plus on identifie de causes
et plus on comprend qu'elles sont toujours multiples.

Que changer ?

On ne peut pas changer le monde
on ne peut pas changer les autres
on ne peut changer que soi-même

Deux questions

qu'on devrait se poser plus souvent :
est-ce que c'est vrai ?
à quoi ça sert ?



N. B. Ces sujets de réflexion ont été inspirés par des textes antiques méconnus
page associée : Ligne de vie
http://esper.perso.sfr.fr ; décembre 2013